Maryam Mahdavi, est née à Téhéran en Iran.
Études de stylisme chez Esmod, puis l’école du Louvre.
Son goût des autres l’a amené à la décoration d’intérieur, et le goût surtout de mettre en scène le décor de la vie de ses clients et amis, avec une grande liberté, un éclectisme de par ses racines de grande voyageuse père diplomate… et toujours avec humour et décalage.
À la suite d’un échec politique, la révolution Islamique, les portes du vert paradis de l’enfance, se referment sur elle.
Elle ne se lassera pas d’évoquer ces années qui ont tant marqué son imaginaire…
Elle décide alors, pourquoi pas de créer son monde, de mettre en scène ses propres histoires : « Copier ou reproduire ne m’intéresse pas, tout est dans l’imaginaire, dans le décalement des matériaux. Tout, absolument tout, m’inspire ou non, c’est immédiat, une vision »
La merveille ou le monstre !! tout se mêle, plus de séparation.
Notre vue devient floue, c’est essentiel, plus de limites entre l’animal et le végétal, l’animal et l’humain.
C’est la métamorphose qui fait tout basculer, d’un ordre dans un autre.
C’est enfantin, drôle, c’est un conte : « c’est l’histoire du magicien d’Oz, Alice au pays des Merveilles avec mon frère » (Référence aux deux tabourets-tables, « le frère et la soeur » voir photo ci-joint), un conte de fée surréaliste entre la peur et l’émerveillement, la folie et la poésie.
Passionnée par la métamorphose, le jeu des transpositions qui permet d’évoquer une matière avec une autre, mais surtout, de suggérer l’élément d’un règne animal, végétal ou minéral uniquement par notre imaginaire et le rendre réel.
L’irréel devient alors réel mais reste toujours fragile, car tout est illusion.

Maryam Mahdavi